Images Aléatoires

Recherche

L'économie, l'emploi, et le social

Un malheur n'arrive jamais seul, disait ma grand-mère... L'annulation du marché public liant la ville à Sogeres par le Tribunal Administratif d'Orléans n'en finit pas de faire des vagues. Surement grisé par la présentation du budget, l'adjoint aux finances, Michel Martin ajoute de la houle, et Serge Grouard a les boules...

Quelle mouche a donc piqué Michel Martin ? Lors de la dernière séance du Conseil Municipal celui-ci s'en est pris à son prédecesseur, Charles Renard, qui est à l'origine de l'action en justice dont j'ai déja parlé ici. Comme le rapporte La Tribune d'Orléans, le garde-des-sous n'y est pas allé avec le dos de la cuillère : "On se demande pourquoi Charles Renard préfère la Scolarest à la Sogeres".

C'est tout simplement d'une mauvaise foi exemplaire ! Comme le montre le jugement rendu, la procédure d'attribution du marché a été annulé par la Cour en raison d'un "manquement aux obligations de publicité et de mise en concurrence" . Il faut se souvenir, qu'alors que la Commission d'appel d'offres avait classé Scolarest en 1ère position, Serge Grouard a, lui, préféré proposer au Conseil Municipal le choix de Sogeres. L'adjoint a du s'en souvenir, car il s'est rapidement rétracté, après la protestation des élus de gauche. Il a du aussi se souvenir que Charles Renard est un ancien magistrat de la Cour des Comptes, et que dans le domaine des marchés publics, il s'y connait un peu...

La ville d'Orléans a annoncé qu'elle ferait appel du jugement. Nous verrons donc... mais espérons qu'au prochain conseil municipal, Michel Martin sera plus à l'aise dans ses baskets, et arrêtera d'imaginer qu'il y a une affaire de préférence dans cette histoire !

Ah... l'imagination au pouvoir !

Illustration : La Tribune d'Orléans du 21 décembre 2006

Vendredi 22 décembre 2006 5 22 /12 /Déc /2006 06:08
- Publié dans : L'économie, l'emploi, et le social
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Il faut être ferme sur les priorités ! Les priorités officiellement affichées par la municipalité UMP-UDF-MPF-et plus si affinités d'Orléans sont claires :

  • Embellissement et rayonnement,
  • Animation et proximité,
  • Développement, emploi et réussite éducative

C'est sans doute au nom de ces priorités que la ville a décidé de ne pas financer les travaux de mise au normes des anciens établissements "Pomona", dans le quartier des Acacias. Ces bâtiments sont la propriété de Réseau Ferré de France (RFF), et sont loués par la ville depuis une dizaine d'années pour héberger des associations humanitaires et caritatives : La Croix-Rouge, les Restos du Coeur, Le Secours Populaire, ainsi que l'association Orléans-Parakou Solidarité.

Ces locaux sont très vastes, et permettent à ces associations de réaliser l'ensemble de leurs activités : formation de secouristes et garage des ambulances pour la Croix-Rouge, préparation des repas et stockage des denrées pour les Restos du Coeur, vestiaire pour le Secours Populaire, et préparation des envois vers le Bénin pour Orléans-Parakou Solidarité.

Ces locaux sont vastes, mais en mauvais état : ils nécessitent d'importants travaux de remise aux normes, et même de remise en état, afin de pouvoir continuer à recevoir les associations et leurs bénéficiaires. Le montant estimé des travaux se situe entre 500 000 et 540 000 euros.

RFF ne souhaite pas faire ces travaux, ce qui entrainera le départ des associations. Mais pour aller où ?

Des locaux aussi vastes, aussi accessibles - le tram est à deux pas - existent-ils à Orléans ? La ville annonce qu'elle a demandé aux associations de décrire leurs besoins afin de trouver des locaux appropriés. Mais dans quel délai ? Et dans quelles conditions ?

Au nom de sa priorité pour l'embellissement, la ville a installé pendant quelques mois, rue Royale, pont George V et avenue Dauphine, des fleurs, pour un montant de 300 000 euros.

Ne peut-elle pas, au nom de la plus élementaire solidarité, prendre en charge tout ou partie des 500 000 euros de travaux, éventuellement avec d'autres collectivités ? A-t-elle consulté ces autres collectivités ?

Dois-je répéter ? 300 000 euros pour trois mois de fleurs, et 500 000 euros pour l'hébergement durable d'associations caritatives et humanitaires ! Ai-je bien compris le choix de la municipalité ?

Ou le problème est-il ailleurs ? Un tel emplacement, desservi par les lignes de chemin de fer aurait-il une destination plus lucrative que l'hébergement d'associations caritatives ?

S'occuper des fleurs ou s'occuper des pauvres, il faut parfois choisir !

photo CDG

Samedi 9 décembre 2006 6 09 /12 /Déc /2006 08:46
- Publié dans : L'économie, l'emploi, et le social
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Il y a des jours plus difficiles que d'autres quand on est maire d'Orléans. Un jour on se fait remettre un joli ruban pour ses discours sur le développement durable, et le lendemain on reçoit une lettre recommandée du tribunal...

Dans cette lettre, le tribunal administratif d'Orléans explique qu'il a décidé, dans une décision lue le 28 novembre 2006 que la délibération autorisant en 2003 le maire à signer le marché de la restauration scolaire est annulée. Cette délibération a plusieurs années, mais il n'empêche que le tribunal a relevé deux raisons d'annuler cette décision :

- le contrat signé avec la nouvelle société lui permet de faire beaucoup plus de repas que ce qui était dans l'appel d'offre : 1 750 000 au lieu d'un million dont 750 000 qu'elle revend à l'extérieur,
- les conditions d'entretien et de réparation du matériel ne sont pas, dans le contrat, aussi contraignantes pour le délégataire que dans l'appel d'offre.

Ce qui a amené le tribunal à considérer qu'il faudrait refaire l'appel d'offres, car du coup toutes les sociétés n'ont pas été traitées de la même façon, et refaire le marché, et tout le toutim !

Si vous ajoutez à cela que le Maire avait choisi la société Sogeres alors que la commission d'appel d'offres avait considéré que cette société n'était pas la mieux placée, on a de quoi rester pantois !
Il avait beau essayer de nous expliquer que la Sogeres proposait de meilleurs légumes et du "veau de l'Aveyron", ça avait laissé les élus... sur leur faim !

Bon, évidemment, le Maire peut toujours faire appel de la décision... mais ça ne l'empêchera pas de devoir donner, après 3 ans, quelques explications !

Pour voir le texte complet du jugement, cliquez ici

Lundi 4 décembre 2006 1 04 /12 /Déc /2006 22:59
- Publié dans : L'économie, l'emploi, et le social
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Toutes les études le montrent, tous les français, et tous les orléanais aussi, aiment aller au marché, même si tous ne prennent pas le temps d'y aller régulièrement. A Orléans, la situation est particulière : le centre ville n'abrite aucun marché ! Les marchés les plus proches sont ceux de Madeleine (le dimanche matin), ou ceux du Quai du Roi (le samedi matin).

Celui-ci est mal en point : il est pile-poil sur la zone de travaux pour réaménager les quais de Loire... Du coup, désormais, plus aucun arbre, et... de la boue, de la boue... et encore ne connaissons-nous pas encore les pluies d'automne. Quelle solution la ville et l'agglo ont-elles étudiées ? Pour le moment c'est silence radio ! D'autre part, le stationnement entre le marché et le pont est interdit (même s'il est autorisé pendant le marché sur le trottoir nord), et cerise sur le gâteau, la circulation ne sera plus possible que dans un sens est-ouest. Et tout cela, pendant au moins 10 mois !

Alors, après qu'un lecteur-chaland nous ait soufflé l'idée (et envoyé la photo), voici la proposition de Mon orléans : Il y a, en plein centre ville, un grand espace vide, bordé par une place où il ne se passe quasiment jamais rien, peut-être la ville pourrait-elle temporairement le proposer aux commerçants du marché, afin qu'ils puissent au moins passer quelques mois dans de meilleurs conditions... C'est espace, c'est la halle de la Charpenterie, et la place de Loire... Joli endroit, non ? En plus, il y a un grand parking souterrain juste à côté !

Dimanche 1 octobre 2006 7 01 /10 /Oct /2006 08:38
- Publié dans : L'économie, l'emploi, et le social
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

La Darès (ministère de l'emploi) vient de publier une étude très intéressante menée auprès des chefs d'entreprise entre octobre 2005 et avril 2006. Elle démontre l'échec sévère du CNE (Contrat Nouvelle Embauche).

Le CNE est un contrat instable
- sur les 440000 CNE signés depuis octobre 2005, 30% avaient déjà été rompus en avril 2006
- ce taux de rupture est supérieur de 50% au taux de rupture connu pour les CDI
- l'employeur est à l'origine de cette rupture dans 38% des cas (deux fois plus que pour les CDI)
- 1% seulement des CNE ont été transformés en CDI, alors que dans la même période c'est 6% des CDD

Le CNE ne crée pas ou peu d'emplois
- 1 salarié sur 5 embauché en CNE avait déjà travaillé dans la même entreprise
- si le CNE n'avait pas existé, les deux tiers des emplois auraient quand même été créés.
- seuls 9% des chefs d'entreprise n'auraient pas embauchés si le CNE n'avait pas existé

N'hésitons donc pas à ne pas renouveler le contrat de nos 5 députés UMP du Loiret, qui ont tous voté la création de ce superbe outil !

Dimanche 18 juin 2006 7 18 /06 /Juin /2006 18:54
- Publié dans : L'économie, l'emploi, et le social
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Chômé ? Travaillé ? Tout a déjà été dit sur le lundi de Pentecôte.

La droite ultra-libérale a réussi à démontrer comment la dérèglementation tout azimut... dérègle tout azimut !

Les travailleurs les moins protégés ont du travailler, alors que ceux qui étaient plus organisés pour négocier ont chomé. Et cerise sur le gâteau, les travailleurs pour qui ce lundi n'était pas chômé ont du faire face à des bus et des trams de la Setao qui circulaient "comme un dimanche" !

Même les horodateurs des rues d'Orléans ont perdu la tête : pour preuve la petite étiquette que des employés municipaux ont du coller sur chaque machine le matin du fameux lundi... "Pour des raisons techniques, nous vous informons que le stationnement sur voirie sera gratuit ce jour lundi 5 juin 2006".

Plutôt qu'assumer un lundi chômé, la mairie préfère nous faire croire à un problème technique...
Encore une forme de courage politique !

Mardi 6 juin 2006 2 06 /06 /Juin /2006 11:47
- Publié dans : L'économie, l'emploi, et le social
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires

Comme ils le font depuis plusieurs années, les membres d'un club select de charité ont occupé le haut de la rue Jeanne d'Arc et la place Sainte-Croix pour faire tourner toute la journée des kartings à moteur (8 € les 8 minutes) et des mini-motos. On pouvait aussi se faire hisser au dessus des toits de la ville dans une nacelle par une immense grue de chantier.

Beaucoup de bruit, beaucoup de pollution, pour peu de monde autour des barrières. Du monde par contre, sous les tentes du bar, et que du beau monde, car on marche au champagne quand on fait de la charité !

Je finirai par me demander si ceux qui arrosent la charité au champagne ne sont pas les mêmes qui protestent quand des manifestants demandent plus de justice sociale... charité, justice, deux conceptions de la vie en société !

photo CDG

Dimanche 14 mai 2006 7 14 /05 /Mai /2006 17:51
- Publié dans : L'économie, l'emploi, et le social
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

En espérant, avec les étudiants et les lycéens, que Chirac, Villepin et compagnie aient fini de jouer avec la démocratie et l'avenir de la nation... L'espoir fait vivre, les luttes aussi !

 

Mardi 11 avril 2006 2 11 /04 /Avr /2006 14:23
- Publié dans : L'économie, l'emploi, et le social
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

On aurait pu croire à une répétition des fêtes Jeanne d'Arc. Non, en fait c'était plus joyeux, et plus inattendu ! Un petit son et lumière composé de slogans et réalisé avec des fumigènes par les étudiants orléanais en lutte contre le CPE.

Not'bon'maire voulait qu'Orléans connaisse plus d'animations nocturnes : les étudiants sont en bonne voie !

Tous les détails sur le site des étudiants en droit contre le CPE

Photos : horza

Dimanche 9 avril 2006 7 09 /04 /Avr /2006 09:11
- Publié dans : L'économie, l'emploi, et le social
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Certains ont pu croire en passant devant la mairie après la manifestation de mardi que la municipalité était en deuil...

D'autres ont pensé que c'était une nouvelle décoration, pas très gaie, du même genre que la couronne mortuaire gigantesque qui ornait le parvis de la cathédrale l'an dernier...

Mais non ! il s'agissait simplement des sacs poubelles accrochés là par les lycéens pour rappeler à not'bon'maire - qui est aussi député - qu'ils ne voulaient pas d'emploi-poubelle !

photo : CDG

Samedi 8 avril 2006 6 08 /04 /Avr /2006 20:24
- Publié dans : L'économie, l'emploi, et le social
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

L'auteur

 

Christophe Desportes-Guilloux (CDG)

43 ans
Orléanais d'adoption et militant socialiste

M'écrire

Il y a  3  personne(s) sur monorleans.com

Mes videos

Orléansphère

Outils externes

 

Référencé par Blogtrafic

 

Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet weblogUpdates.ping www.monorleans.com http://www.monorleans.com/

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recommander

 
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés