Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteur

 

Christophe Desportes-Guilloux (CDG)

43 ans
Orléanais d'adoption et militant socialiste

M'écrire

Il y a    personne(s) sur monorleans.com

Recherche

Mes videos

Archives

Orléansphère

10 août 2007 5 10 /08 /août /2007 14:50

Elle a sans doute une petite trentaine d'années.
Elle habite dans un autre département de la région, mais vient plusieurs fois par semaine à Orléans, par le train.
Elle vient voir "son homme", le père de ses enfants. Elle a rendez-vous avec lui toujours à la même heure, pour 2 ou 3 dizaines de minutes. Parfois, elle amène leurs enfants.
Le petit garçon ne peut pas apporter la petite voiture avec laquelle il aime jouer. Et pour la petite, impossible de venir avec une couche de rechange.
Rien, il ne faut rien.

Alors on se débrouille. On cache. Des bonbons dans les plis d'une robe un peu large. Et pour améliorer l'ordinaire, elle apporte parfois un kebab ou un pâté à la viande. Tout petit, planqué. Si les surveillants le trouvent, son homme et elle seront bons pour un mois de parloir "hygiaphone".

prison-orleans.jpg

Son homme est là depuis plus de 6 mois, et il ne sait pas encore quand il sera jugé.
Même si elle sait qu'il sera sans doute condamné, il sortira de la prison d'Orléans peu de temps après son jugement, car il aura déjà purgé sa peine, "en préventive". Mais pendant des mois, son petit garçon, sa petite fille, et sa jeune femme auront, eux aussi été condamnés à vivre les "dommages collatéraux" de cette privation de liberté.

Par sa faute à lui, évidemment.
Par sa faute à lui, sa femme aura pris des risques, commis des petits délits.
Mais aussi par la faute d'un système judiciaire et pénitentiaire qui ne sait pas condamner les coupables sans condamner aussi leur entourage.
Et qui, pire encore, condamne l'entourage, avant même que les juges ne se soient prononcés.

A Orléans, début août, ils étaient 77 à attendre leur jugement derrière les murs hideux de la maison d'arrêt. 77 prévenus, et 134 détenus condamnés, pour 105 places.

photo CDG

Partager cet article

commentaires

uncitoyencommevous 08/12/2009 00:11


Ma vie à basculé en janvier 2006. 1 an de prison. Tentative de suicide, droques et vol en prison. A ce jour toujours pas de date de jugement. La justice s'est embalée. Elle m'a maltraitée ma
famille et moi. Je suis innocent et légalement présumé innocent.

Ils ont détruit ma vie. Je commence juste à reprendre une vie active. Physiquement et moralement je suis épuisé. Plus la force de me défendre. Je sais maintenant que je ne pourrais pas être
innocenté quand on connaît les grandes erreurs de la justice. Cette dernière a du mal a reconnaître ses erreurs. Sur Orléans c'est une caste intouchable qui se protège.

Je suis passé par ces mur miteux à 3 par cellule. Avec une petite fenêtre tout en haut il fallait mettre la chaise sur les tuyaux et se ettre sur la pointe des pied afin de voir les murs. Le pire
la cour. Exigu et étroi a faire étouffer... Nourriture abjecte si tu n'as pas de quoi cantiner.

Un  bruit de clef et de porte que j'entends toujours. Et depuis je n'aime plus sortir de chez moi. Je reste cloîtré.

Oui il y a des innocents en prison  certain qu'on accuse à tort de pédophile (c'est à la mode). Bien sûr j'ai cottoyé la pire raclure (pédophile, assassin crâpuleux, magouilleurs en tout
genre, grossiste de drogue, et plein de petits merdeux sans compter les malades mentaux... Oui j'ai goûté à la drogue dure en prison alors que je viens d'un quartier où cela est répandu et que je
fuyais, oui je me suis drogué pour oublier avec du shite, de l'héro et des médoc. Je n'ai rien fais entrer de l'extérieur tout était déjà sur place. Oui je ne crois plus à cette justice de merde,
je ne crois plus en cette société, je ne crois plus en la France... Et l'identité nationale ne veut plus rien dire pour moi.

Oui ils m'ont détruit ce n'est pas encore fini, depuis 2005 que ça dure ça a trop duré...

Tous les matins j'avais du mal à me regarder en voyant où j'étais


nathalie 21/10/2007 22:32

Bonsoir, Je suis tombé sur ce blog suite au lien donné dans le blog de la rep sur "où mettre la nouvelle prison d'Orléans". Je ne peux accepter le commentaire de certaines personnes ici sans réagir. Visiblement, pour la plupart un prévenu en prison est forcément coupable de délit. Je souhaite sincèrement à ces personnes de ne jamais un jour être obligées d'aller en prison, car c'est une situation qui peut malheureusement arriver à n'importe qui, à ses proches parents, à ses amis. Et je sais personnellement ce que c'est, que de subir un sentiment d'injustice, de se retrouver à cet endroit alors qu'on n'a rien fait de mal, simplement parce qu'on s'est retrouvé à un mauvais endroit au mauvais moment, ou dans le carnet d'adresse d'un malfaiteur, Comme l'ami de Fansolo.Je ne souhaite pas à ces personnes qu'un jour elles soient harcelées pendant 96h en garde à vue, dans une cellule dégueulasse dans des conditions lamentables où on est surveillé 24h/24 avec une caméra et de la lumière, d'avoir le sentiment d'avoir perdu son honneur, d'avoir failli perdre un emploi stable et son salaire, etc...non seulement le psychique en prend un sacré coup, c'est ensuite le regard des autres qu'il faut affronter en sortie de prison alors que la justice s'est "trompée" (oui ça arrive de se tromper, c'est des êtres humains derrière cette justice après tout) , on ne peut malheureusement pas empêcher les autres de penser du mal de vous. C'est une histoire qui marque profondément notre esprit, quelque soit la durée de la détention. ça n'a absolument rien d'agréable.J'espère que le jour où vous, vous vivrez également cette "mésaventure", votre regard sur les prisonniers changera complètement. Alors s'il vous plait, soyez humains, ne mettez pas tout le monde dans le même sac. Dites vous bien que les premiers à condamner et à faire la leçon de morale ne sont pas forcément les premiers à respecter leur propre leçon ! Cessez donc de porter un jugement sur des gens que vous ne connaissez pas ! merci de m'avoir lu et merci pour ceux qui ne méritent absolument pas votre colère ou votre rejet ! 

Ella Pator ? 15/08/2007 23:12

@Jacques Heurtault, et puisque le débat est ouvert... Oui vous êtes plus clair, il manque cependant la partie "gains" des mesures que vous préconisez. Je crois comprendre, gain pour la partie civile car, paiement ipso facto par l'Etat.Sur la partie jury populaire, "Vox populi, Vox Deï" ne me semble pas réactionnaire mais plutôt historique. Les révolutionnaires n'ont pas été jusque boutistes, ils ont fait avec ce qu'ils pensaient être le courant de l'époque. Aujourd'hui nous pourrions par exemple  transformer "l'adage" en "voix du peuple, voix de la société moderne", (je ne suis pas très inspirée ce soir...) : ce qui n'était pas pris en compte à l'époque peut l'être à ce jour pour ne pas oublier que la Loi est souvent devancée par la doctrine et la tolérance de la société par rapport à ce qui est accordé par le législateur (et ce même en matière pénale).Est-ce des plus honorable que de condamner un être humain à la prison à perpet. (ou à la peine de mort...) en ne tenant compte que de ce qui est écrit dans les textes, sans tenir compte  de l'éventualité de l'erreur (humaine). Pensez vous qu'un juge et ses deux assesseurs puissent prendre une telle responsabilité sur des textes désuets, sans tenir compte des modifications de la société, ce qu'elle a admis au fil des temps comme acceptable et qui n'a pas encore été légiféré ? risque à courir, ou défit pour le législateur dans sa capacité à réagir ? ce n'est pas mettre la responsabilité à charge du peuple - le jury n'étant, je vous l'accorde, que rarement représentatif de la population globale - mais bien donner au citoyen la possibilité de rappeler que la Loi doit évoluer avec son époque. De plus, le juge présent est garant, me semble t il du respect des droits fondamentaux de la société.Concernant les moyens : si l'on considère que le domaine de la justice ne recouvre que les administrations judiciaires, vous êtes dans le vrai, mais à mon humble avis, nous sommes, jour après jour, chacun, responsable de l'évolution de la société et des crimes qui y sont commis, chacun à notre niveau : parents de, enfant de, époux de, voisin de, citoyen de...Alors justice en tant que système hermétique, ou comme concept global ? Que ce soit en France où ailleurs, que ce soit dans la France d'aujourd'hui ou d'hier, la justice est instituée pour rendre la vie "sociétable" et donc, à mon sens, définie en temps et en heure par la société elle même et non par un code étriqué dans son contexte (la société du moment) le lecteur (subjectivité de l'interprétation) et son auteur (le gouvernement représentant à un moment T une population "X").Sur la présence des parties civiles au pénal : je ne suis pas sûre que ce soit un débat, puisque fondamentalement, le droit implique qu'une indemnisation, qu'elle soit issue d'un préjudice moral ou d'un"presium doloris" , ne s'exerce que si ce préjudice est avéré. Qu'il y ait ou non présence de la partie civile, aura t il une incidence sur le fonctionnement de la justice , ( à part peut être amputer les avocats d'une partie de leur ressources ?)La justice idéale, Fansolo, est sans aucun doute comparable à un gouvernement idéal : assez utopique. Le jury populaire, permet, à la différence il me semble de l'assemblée nationale, d'avoir a minima une présence obligatoire pour la représentativité de la collectivité citoyenne, mais là un autre débat est...        

Fansolo 15/08/2007 14:01

Interessant débat que celui proposé par M. Heurtault.Je ne cesse de m'interroger sur ce concept de "justice idéale" : existe-t-il des pays où cela fonctionne mieux qu'en France ? Oui, sans doute...Des pays où l'approche se fait selon la manière décrite par Jacques Heurtault ? J'ai peur malheureusement, qu'en terme de moyens, la Justice soit souvent délaissée un peu partout...

Jacques Heurtault 14/08/2007 22:38

Je poursuis ...Je récuse l'argument du rôle modérateur du jury populaire ... En général, c'est l'inverse que l'on risque en vertu de l'adage très réactionnaire "Vox populi, vox Dei!". Il n'est pas douteux que si un réferendum avait lieu sur le rétablissement de la peine de mort, il aurait une majorité assez nette en sa faveur, aujourd'hui encore ...Quant aux problèmes des moyens, il ne concerne que le fonctionnement des tribunaux et le travail de réinsertion des coupables condamnés ... (ne pas confondre avec le travail du coupable!). De ce point de vue, je suis hostile à toute condamnation "aux dépens" (c'est à dire aux frais du procès). La Justice ne doit pas être "rentable"! l'impôt payé par les citoyens doit, naturellement, pourvoir au financement de la Justice. Le budget actuel de la Justice doit donc être encore généreusement augmenté ... 

Articles Récents

Outils externes

 

Référencé par Blogtrafic

 

Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet weblogUpdates.ping www.monorleans.com http://www.monorleans.com/

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs