Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteur

 

Christophe Desportes-Guilloux (CDG)

43 ans
Orléanais d'adoption et militant socialiste

M'écrire

Il y a    personne(s) sur monorleans.com

Recherche

Mes videos

Archives

Orléansphère

24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 14:13

Je n’aime pas les barons.

Les barons ?

Oui, vous savez, ceux qui, sous prétexte d’avoir, un jour, réussi quelque chose accrochent leur gloire au revers de leur veston comme une légion d’honneur.

Ou ceux qui, pour avoir été élu, parfois par défaut, s’accrochent à leur siège, et, s’ils le peuvent essayent même d’en avoir un deuxième, un troisième.

Je n’aime pas les barons, car, dans toutes les organisations (entreprises, associations, clubs, partis), les barons utilisent cette organisation qui les a amené un jour au pouvoir ; ils l’utilisent plutôt que la servir ; ils l’utilisent pour l’asservir.

L’objectif commun, qu’ont oublié les barons, devient l’outil de l’ambition personnelle.
Il n’y a plus de projet, il y a une stratégie.

Ils se considèrent comme l’incarnation du projet, ils sont la légitimité, et ils en oublient juste qu’à côté, il y a des adhérents, des salariés, des militants, des bénévoles, qui doivent être respectés, car ils ont, eux aussi, mais collectivement, la légitimité.

Ils sont souvent tristes et énervés, les barons : ils ont peur. Ils ont peur pour leur siège, leur pouvoir, leur hochet. Car il ne sont plus rien d’autre : ils ne sont plus bénévoles de leur organisation, ni militants de leur association ou de leur parti. Et quand ils agissent dans l’entreprise, ils ne vivent plus de leur salaire.
Il ne leur reste que le pouvoir, à utiliser d’abord pour eux.

Ils sont seuls les barons, avec une cour composée de craintifs et de groupies. Et on est toujours mal entouré quand certains vous servent la soupe et que d’autres vous craignent.

Allez, on ne va pas les pleurer, les barons ; on va juste pleurer sur le bénévolat qu’ils emprisonnent, sur l’esprit d’entreprendre qu’ils piétinent, sur la démocratie qu’ils kidnappent. Pour leur tronche.

A suivre, une série de portraits. Quelques portraits-robot de barons, d’ici et d’ailleurs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fansolo 24/10/2008 18:27

Il faut dire aussi que certains "barons" commencent à plus manier l'aigri que l'oral...

BCT 24/10/2008 16:56

"Car il ne sont plus rien d’autre".C'est bien ça le problème et en plus ils font "chier" tout le monde car ils s'identifient à leur travail.C'est marrant parce que ce type d'individu il y en a partout...même dans les villes de province.

Articles Récents

Outils externes

 

Référencé par Blogtrafic

 

Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet weblogUpdates.ping www.monorleans.com http://www.monorleans.com/

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs