Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteur

 

Christophe Desportes-Guilloux (CDG)

43 ans
Orléanais d'adoption et militant socialiste

M'écrire

Il y a    personne(s) sur monorleans.com

Recherche

Mes videos

Archives

Orléansphère

23 juillet 2006 7 23 /07 /juillet /2006 07:09

La situation des familles sans papiers se dégrade très rapidement. Nous en avons parlé ici à plusieurs reprises. C'est ce que rappelle le Collectif de soutien aux enfants de sans papiers et le Réseau Education Sans Frontières 45 :

AU SECOURS !

Le Réseau Education Sans Frontières 45, RESF45, dénonce le nouveau dispositif d’hébergement dans le Loiret : un système inhumain, maltraitant et dégradant qui persécute des dizaines d’enfants, de femmes et d’hommes.

Face à ce que nous constatons, nous ne pouvons pas nous taire ! Nous devons vous dire.

Depuis plus de 15 jours maintenant, les familles que nous accompagnons dans l’agglomération orléanaise, sont victimes d’un système de maltraitance humaine, de harcèlement moral et physique mis en place par la Préfecture.

Ce système s’attaque notamment à des dizaines de femmes, d’enfants, de nouveau-nés.

En deux semaines de fonctionnement, nous pouvons témoigner, pour l’avoir vécu avec les familles, que ce système s’apparente à une forme de torture aux conséquences terribles sur le plan psychologique, voire physique, médical.

Contrairement à ce que nous a annoncé le Secrétaire Général de la Préfecture, ce dispositif est piloté et contrôlé quotidiennement par la Préfecture, auprès de laquelle les hôteliers et autres personnes chargées de l’opération prennent leurs instructions.

Ce système est exécuté, sans état d’âme, par l’ADAGE (association support pour l’accueil aux familles étrangères résidant dans le Loiret) qui a signé une convention avec la Préfecture jusqu’à la fin de l’année 2006. Cette convention n’a pas été rendue publique. L’association ADAGE, qui affiche des buts sociaux n’est plus aujourd’hui dans son champ de compétences puisque, dans la mise en œuvre de ce système, elle devient la voix et le bras exécutifs de la Préfecture.

Ce système concerne toutes les familles (une soixantaine au moins) qui étaient prises en charge dans le cadre de l’accueil d’urgence (SAMU SOCIAL-115) sur l’agglomération orléanaise. Jusqu’au 1er juillet 2006, ce dispositif était géré par la Croix-Rouge. Le nouveau système vise, pour l’instant, à lister, trier, déplacer sans cesse les familles sans assurer le suivi social annoncé. La situation devient encore plus précaire pour les plus pauvres des pauvres.

Le système mis en place et son fonctionnement quotidien passe par des rendez-vous à l’ADAGE où 2 personnes reçoivent les familles. Les entretiens durent quelques minutes consacrées au relevé des démarches que les familles ont faites depuis le rendez-vous précédent et …. On leur donne un nouveau lieu d’hébergement et un prochain rendez-vous. À toutes les questions pratiques portant sur les conséquences de ces déménagements, il est invariablement répondu aux familles et à leurs accompagnateurs « on ne peut rien faire », « ce n’est pas notre problème ».

Des familles baladées sans aucune aide d’un hôtel à l’autre sans qu’aucun problème ne soit pris en compte.

La Préfecture et l’ADAGE ne veulent pas et ne mettent rien en place pour assurer les changements d’hébergement. Elles répondent : « ce n’est pas notre problème ». Les conséquences de leurs décisions et de leurs actes sont pourtant terribles pour les familles.

Les familles doivent se déplacer avec toutes leurs affaires, sous la canicule des jours derniers (les changements doivent se faire en milieu de journée), par tram et bus si elles n’ont personne pour les aider, ce qui est le cas le plus général.

Ces déménagements que de nombreuses femmes seules doivent effectuer avec de très jeunes enfants, voir des nourrissons, avec des transports en commun souvent éloignés des hôtels, nécessitent plusieurs voyages. De plus, les tickets de transport sont à la charge des familles.

Une maman, ne pouvant pas faire tout cela, n’a eu comme solution que de jeter toutes ses affaires et nous l’avons retrouvée le lendemain à l’ADAGE. Elle était hagarde, ni elle ni son bébé n’avaient mangé depuis 24 heures. Elles étaient déshydratées du fait de la chaleur. Toutes les deux, en danger évident, ont été éconduites par un « ce n’est pas notre problème ».

D’autres, ne voulant pas tout jeter, sont obligées de prendre des taxis (25 euros par course). En 15 jours, elles ont dépensé ainsi 1/3 de l’argent qu’elles avaient pour le mois. Que vont-elles manger ? Et les enfants ?

Dans les hôtels, personne ne les aide à monter leurs affaires dans les étages souvent sans ascenseur.

Les crises de nerf des parents et les malaises des enfants sont de plus en plus fréquents jusque dans les locaux de l’ADAGE où les responsables en sont témoins. Lundi 17 juillet, le SAMU est même intervenu. Mais, au bout du compte, la maman et sa fille sont reparties avec leur bon de nuitée pour leur nouvel hôtel. La roue à continué de tourner : le lendemain, la maman déménageait et l’après-midi elle était à l’hôpital pour la petite fille qui faisait des crises d’épilepsie !

Ce système anéantit les efforts des parents qui ont inscrit les enfants dans les crèches, les centres de loisirs, organisé les transports. En changeant d’hôtel, les familles changent de communes et perdent toutes ces prestations.

Et qu’en sera t-il de la possibilité de retrouver à la rentrée l’école quittée en juin ? La seule solution risque d’être encore les bus ou le tram, mais à quel coût pour les familles ?

Les hôtels ont tous des règles différentes.

  • Changer d’hôtel, c’est aussi changer de règles, de repères, d’organisation de vie.
  • Les prises électriques sont parfois condamnées, interdisant d’écouter de la musique, de faire chauffer les biberons, d’utiliser sa télévision (seule solution : louer la télévision de l’hôtel !)
  • Dans certains hôtels on peut cuisiner, dans d’autres pas.
  • Où stocker son micro-onde ou sa plaque chauffante quand l’hôtel ne veut pas les voir ?
  • Où entreposer les affaires personnelles (vêtements d’hiver, chaussures, quelques réserves alimentaires, les jouets d’enfants, les affaires scolaires) quand rien n’est prévu à cet effet ?

Ces familles sont les pions du jeu cynique de chasse-croise du processus.

Certaines, après deux changements, se retrouvent à l’hôtel du départ !

Dans ces déménagements incessants, des affaires, quelques fois très personnelles se cassent, s’abîment, se perdent. Autant de pertes d’humanité ! Autant de bout de vie qui disparaissent !

Partout, les petits-déjeuners ne font plus partie des « prestations ».

Jour après jour, c’est une valse des familles avec enfants, voulue, décidée, incessante, dégradante, épuisante, orchestrée comme un tragique jeu de « chaises musicales ». Les gens, qui cyniquement décident et exécutent cela ne le feraient sans doute pas subir à leurs animaux domestiques. En juillet 2006, il faut, sans doute, mieux être chien ou chat de Préfet qu’un être humain broyé dans le dispositif d’urgence préfectoral du Loiret.

Illustration : Tim, pour RESF

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fansolo 29/07/2006 17:46

Mathieu, ton argumentation est certes de bonne guerre (la gauche et la droite n'ont pas été à la hauteur sur la question de l'immigration ces dernières années) mais vu ce qui se passe ICI ET MAINTENANT, je crois que l'heure n'est plus à la polémique : il faut savoir réagir en humain, en républicain, en démocrate et dénoncer les conditions inacceptables dans lesquelles sont traités d'autres êtres humains.
Je ne peux pas te laisser dire que "c'est comme ça", induit par l'arrivée même de ces sans papiers sur notre territoire. La France a un devoir d'humanité par dessus toute autre considération, ne serait-ce justement que par référence à l'Histoire et les heures où ele n'a pas été glorieuse sur ce coup là...
Tu laisse entendre qu'une partie de la gauche est avec Sarkozy mais moi je peux te répondre qu'une bonne partie de la droite est choquée par ce qui se passe et que le clivage droite/gauche est bousculé par ces événements. Ce n'est pas moi qui vait te rappeler le discours de Jacques Chirac lors du 60ème anniversaire de la raffle du Vel d'Hiv'.
Je crois que personne ne reste indifférent face à ce qui se passe est qui ressemble quand même à un jeu très dangereux consistant à flatter les "racistes et les fascistes" (pour reprendre la juste expression de Chistophe).
En attendant, les victimes sont ces populations ballottées au gré des circonstances...
Tu parles de l'après-régularisation posant des difficultés. Soit. Je pense très honnétement que la France a la capacité d'accueillir des familles régularisées dans des logements décents. Les dispositifs existent, encore faut-il les appliquer...
De toute façon là-encore, aucun argument ne me semble pouvoir justifier la manière dont on traite une population qui ne nous a rien fait.

Mathieu 29/07/2006 12:26

Dans les années 40 nous étions en guerre ou sous occupation allemande ... C'est un contexte "un tout petit peu" différent.
Quand tu dis : "Oui, Mathieu, j'ai comparé, et je maintiens la comparaison dans le fait que pour la 1ere fois en France depuis les années 40, des centaines de personnes se mobilisent pour cacher des personnes qui n'ont rien fait de mal, rien d'autre que de n'être pas nées au bon endroit." c'est donc une différence, puisque ceux que les personnes cachés dans les années 40 étaient nés en France, mais pour la plupart de confession juive.

Et puis il n'y a rien de comparable à ces années là. Et puis une petite différence aussi : Les personnes déportés ou arrétés dans les années 40, ils allaient mourrir. La france ne va tuer personne en régularisant ou non les sans papiers de la France.

Et allez, dans votre principe, on va les régulariser. Ok, c'est fait. Maintenant, comme n'importe qui, il faut qu'ils se logent. (bah oui, mainteannt que la procédure est terminée, ils ne peuvent pas rester dans un hotel, c'est normal.) Mais une question, ils vont le trouver comment ? Ils vont payer leurs logements comment ? Alors 3 choix : soit ils vont être sur l'interminable liste d'attente des HLM, soit ils vont être dans la rue ou dans des foyers, soit ils vont être dans des squattes, avec 25 personnes dans le même logement, dans un cadre de vie indécent.
Et on sera heureux d'expliquer à leurs familles ou leurs amis, qu'ils sont morts, du à un court circuit, comme à Paris l'année derniere, et que ça a fait 45 morts.

Mais là on répondra en baissant la tête (ou certains la tête haute surement, non ? ), en disant : "c'est triste, mais nous, c'est pas de notre faute, on vous a régularisé"

Si c'est l'un des 3 résultats que tu veux, welcome in the reality.

Au fait, en sortant des sans papiers, je ne sais pas si tu as entendu le sondage y a 2 mois, sur la loi sur l'immigration choisie du 'petit roquet', bah c'était un truc incroyable ! 70% des français l'approuvait, et ils étaient pas tous de droite ^^

Et je ne sais pas si tu écoute RMC, mais cette semaine, j'ai entendu un monsieur, qui n'était pas de droite, mais qui faisait savoir que les personnes qui acceptent de repartir dans leurs pays d'origine avaient une subvention de 6000 ou 7000€. Cette personne demandait pourquoi les cotisations sur les salaires ne cessaient d'augmenter, que la dette ne fait qu'augmenter, mais qu'on donne 6000 ou 7000€ aux personnes en situation irréguliere ou réguliere qui partent d'elle même dans leur pays d'origine.

Enfin voilà, nous verrons bien dans 9 mois. Et je trouve ta phrase sur le petit roquet sans sens ? Je l'ai surement mal comprise. Mais faites attention quand même, j'ai enormement de personnes proches ou éloignées qui sont de gauche ou até politiquement, mais à défaut d'autres choses, et vu la bonne route du PS, voterons Sarkozy :)

Pour venir expliquer, non merci, car la derniere fois que je l'ai fait dans un comité de soutien, j'ai vu le non-respect de la démocratie d'un groupe se faisant appeler Réseau EDUCATION sans Frontieres :S

Mathieu 28/07/2006 22:58

Non mais sérieux tu rigoles pas ? Tu compares ce qui se passe aujourd'hui avec le régime de vichy et le régime nazi ? Mais ça va pas bien ?

C'est triste pour les Sans Papiers, on est tout à fait d'accord, mais de là à comparer au régime nazi et vichyste, vous allez un peu loin.

Et Montillot n'a jamais été un de mes maitres à penser. Je pense tout seul, et Montillot pense ce qu'il veut. Perso, sur ce point, ça ne me plait pas non plus.

Quand à mon raisonnement, j'attends juste de savoir ce que propose le PS a part une régularisation massive ? parce que faut arreter, si on régularise tout le monde, on s'en sort pas ! Pourquoi ne pas faire comme aux USA, et ne régulariser qu'un certain nombre, et les personnes restantes sont refoulés ?

Concernant le bien de l'immigration, va demander à Zappatero, pourtant socialiste espagnol, si l'immigration en Espagne est une chance. C'est tellement étonnant que je crois même qu'il a fait des partenariats avec les pays d'Afrique pour expulser les immigrés sans papiers dans leurs pays d'origine. N'est il pas vrai ?

Pourquoi si l'immigration est une chance, instaure-t-on partout dans le monde des quotats ?

L'immigration est une chance du moment qu'elle est controlée, et pas incontrolée. En quelques sortes, choisie, et non subie. Ca te rappelle rien ?

Et puis voilà, j'adore ta derniere phrase, le vote des fascistes et racistes. Nous verrons bien à la prochaine élection. Mais j'aurai quand même une question à ce moment là. Si le PS ne passe pas au second tour comme en 2002, et que Sarko contre Le pen arrive, on va dire que Sarko a récupéré les voix des racistes et fascistes ?

Et pour bon, le PS n'a même pas la garantie de récuperer les voix communistes (oups)

CDG 29/07/2006 06:04

Oui, Mathieu, j'ai comparé, et je maintiens la comparaison dans le fait que pour la 1ere fois en France depuis les années 40, des centaines de personnes se mobilisent pour cacher des personnes qui n'ont rien fait de mal, rien d'autre que de n'être pas nées au bon endroit.
Pour ce qui est du PS, il ne propose pas une régularisation plus massive que ce qui se fait actuellement en Italie (par la gauche), va se faire en Allemagne (par la droite), et s'est fait à plusieurs reprises en Espagne. Et puisque nous parlons de l'Espagne, la pression migratoire qu'elle subit est sans commune mesure avec celle que nous connaissons, et les mesures qu'elle prend ne sont dues qu'au fait qu'on laisse l'Espagne se démerder alors que l'immigration est une compétence européenne.
Quant à argumenter en disant que les quotas sont instaurés "partout dans le monde", tu oublies que ce ne sont que des pays très riches qui les instaurent... et qui ne réussissent pas à les faire respecter : les USA par exemple, ont plus, proportionnellement à nous, d'étrangers en situation irrégulière; ils viennent tous simplement des pays d'amérique centrale et des antilles hispanophones, pays pour lesquels les USA refusent toute immigration.
Quant à une éventuelle victoire du ptit roquet contre le vieux roquet, celui qui gagnera aura en effet récupéré les voix des racistes et des fascistes. Tout cela n'est qu'une guéguerre de succession.
En tout cas, je t'invite quand tu le souhaites à venir expliquer ta position aux jeunes et aux familles dont s'occupe RESF.

Mathieu 27/07/2006 18:24

Fansolo, t'es trop fort ^^ Le début des années 40 ... Je pense que toi ni moi étions né à cette époque.

Etant donné les circonstances, vous voulez faire quoi des personnes qui sont sans papiers en France et dans le loiret ?
Ce qui est bien dans ce communiqué, c'est qu'on voit la détresse de ces gens, et cela montre qu'on ne PEUT plus accepter des personnes sans papiers.

Faut juste être réaliste.
Et arretez d'être contre la droite parce qu'on est de gauche, et inversement :s

CDG 28/07/2006 09:05

Mathieu,
Si tu penses que pour écrire "ça me rappelle les années 40" il faut les avoir vécu, alors dors tranquille ! Tu n'as connu que des années riantes, tu n'auras donc jamais aucune raison de te mobiliser pour quoique ce soit.Je te rappelle néanmoins que ça n'est pas le cas de tout le monde : à Orléans des milliers de personnes se souviennent, parfois dans leur chair, de ces années là. Et ce sont elles qui nous le rappellent : par exemple, Hélène Mouchard-Zay, directrice du Centre d'Etudes et de Recherches sur les Camps d'Internement du Loiret (CERCIL), et fille de Jean Zay (qui fut, tu dois le savoir, la victime de la barbarie nazi et vichyste), ose faire le rapprochement.Evidemment ça ne plait pas à tes maîtres-à-penser, Montillot en tête.
Quant à ton raisonnement qui consiste à dire "voyez comme ils sont malheureux, c'est la preuve qu'on ne peut pas en accepter d'autres" c'est d'un cynisme ou d'un aveuglement hallucinant ! Si ces gens sont malheureux, c'est parce qu'ils étaient victimes dans leur pays, certes, mais qu'ils sont maintenant, ici, victimes d'une politique infâme !Tous les pays européens le savent bien, gouvernés à droite comme à gauche: l'immigration est une chance, à la fois économique et démographique.
La politique menée par Sarko n'a aucun sens, aucun, sauf un : elle lui garantit le vote des fascistes et des racistes, ce qui dans l'objectif des présidentielles est, pour lui, toujours bon à prendre.

Fansolo 24/07/2006 12:45

On ne peut qu'être indigné, scandalisé, révolté à la lecture de ce texte, véritable réquisitoire contre l'actuelle action du gouvernement. Lorsqu'on écrit que ça rappelle les heures sombres de l'histoire, on nous rit au nez, on nous dit qu'on exagère, que c'est pas pareil... Mais qu'ont fait ces familles pour subir ainsi, ce qu'on ne peut appeler que "traitements inhumains et dégradants" ? Rien : juste se trouver "au mauvais endroit au mauvais moment"... Moi je n'ai pas peur d'écrire que ça me rappelle le début des années quarante : alors il faut agir réagir, pétitionner, informer, éclairer MAINTENANT, comme le fait Christophe et tant d'autres...

Décidément, il faut croire que le harcèlement moral est une pratique répandue dans le Loiret... On espère vivement (mais hélàs sans trop y croire) que le nouveau préfet (qui arrive fin août) prendra conscience du réel danger que ces pratiques induisent : danger pour la démocratie, danger pour la France, danger pour l'humanité...

Articles Récents

Outils externes

 

Référencé par Blogtrafic

 

Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet weblogUpdates.ping www.monorleans.com http://www.monorleans.com/

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs