Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteur

 

Christophe Desportes-Guilloux (CDG)

43 ans
Orléanais d'adoption et militant socialiste

M'écrire

Il y a    personne(s) sur monorleans.com

Recherche

Mes videos

Archives

Orléansphère

16 septembre 2006 6 16 /09 /septembre /2006 06:11

C'est le courrier des lecteurs de Libé qui a publié le premier le courrier du beau-père d'Arthur, 9 ans, qui détient le triste record d'être le plus jeune verbalisé du tramway orléanais. MonOrléans, publie ici le texte complet rédigé par cet orléanais qui enrage que cet enfant ait été traité avec autant de mépris et d'intolérance, sous des prétextes, répétés quotidiennement, de lutte contre la délinquance:

Note importante : suite à la remarque faite par une lectrice, la présentation du texte est modifiée en ce que les présentations du CLSPD et du Service Prévention Médiation sont bien séparées.

A Orléans, sous le règne de Serge Grouard 1er et de son suzerain Florent Montillot, les armoiries de la ville ont pris des couleurs particulières. Le rouge pour la sécurité qui est le maître mot de la cité, et le jaune de la tolérance 0 qui en est le concept prioritaire. 

Les divers outils mis en œuvre pour en arriver à un état ultra-sécuritaire sont contestables :  Il y a les caméras de contrôle sur la voie publique. 

Il y a les fameux arrêtés Grouard, souvent les premiers dégainés au niveau national : 

- Un arrêté « anti-rodéo » qui interdit la circulation de véhicules à moteur non homologués de type « pocket bike » ou « pocket quad ». 

- Un arrêté instaurant un couvre-feu pour les mineurs non accompagnés de moins de 13 ans, entre 23h00 et 6h00 du matin, dans tous les « secteurs sensibles » de la ville. 

- Un arrêté « anti-bivouac » interdisant « toutes occupations abusives et prolongées des rues et autres dépendances domaniales »  

- Un arrêté « anti-pétards » (sauf le 14 juillet).  

Il y a une police de stationnement omnipotente qui ne laisse rien au hasard.   

Il y a des déclarations écrites qui font peur : Sur son site internet, et dans sa rubrique « qualité de vie », sous rubrique « sécurité » (ça ne s’invente pas…) la mairie d’Orléans annonce la couleur… rouge, à l’image des blousons dont sont équipés les « agents-relais »  de prévention : « La prévention a été renforcée avec la création d'un service de prévention – médiation ».  

 

Le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la délinquance (titre ajouté par CDG)

« Pierre angulaire du dispositif de sécurité au plan local, le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) est un lieu d'échanges d'informations et de concertation entre tous les acteurs : l'Etat, les collectivités territoriales, le secteur économique (bailleurs, exploitants de transports, commerçants.) et le secteur social (associations). L'objectif étant de développer les actions de prévention parallèlement à la lutte contre l'insécurité.
Le CLSPD est présidé par le maire d'Orléans. Le préfet et le procureur de la République en sont membres de droit. Il est constitué de trois collèges: un collège d'élus désignés par le maire; un collège de représentants de l'Etat (Police et Gendarmerie, Education nationale, Jeunesse, Sports) ; un collège de représentants de la société civile désignés par le maire.

Le Service prévention-médiation (titre ajouté par CDG)
Créé en 2001, le service est composé « d'adultes relais » qui habitent généralement le quartier et que les habitants connaissent bien. Rattaché à la direction de la Vie des quartiers, l'équipe travaille en lien avec l'adjoint à la Sécurité. 
Les agents, qui sont constamment sur le terrain, aident à désamorcer les conflits, soutiennent les familles dans leur rôle de parents et assurent une présence rassurante. Autre mission essentielle, un travail en partenariat avec tous les autres acteurs de terrain ; services sociaux et de santé, bailleurs, éducateurs de rue, équipes enseignantes, police nationale et municipale, mairie de proximité, associations de quartier » (source : site internet de la ville).   

De quelle prévention s’agit-il ? Certainement pas de prévention spécialisée, outil remarquable quand il est doté de vrais moyens, mais outil actuellement aux antipodes des idées sécuritaires prônées par Monsieur Montillot. Là, dans le dispositif municipal, l’agent, le terme en lui-même est significatif, l’agent de terrain est en lien avec l’adjoint au maire chargé de la sécurité ! Pourquoi ?   

Il est en lien avec d’autres éducateurs de rue, mais lesquels ? Les services de préventions spécialisés ont été démantelés.  

Et que fait l’adjoint au maire, avec les informations certainement nominatives délivrées par les équipes d’adultes relais ?  

Et il y a la police des transports. Il y a les policiers en tenue, toujours à l’air aimable et courtois. C’est Rambo. Et il y a les contrôleurs, en brigades de cinq, six personnes, qui maraudent le long des lignes de transports. Là, c’est aussi sécurité et tolérance 0 à gogo. Et si ça continue d’ailleurs, j’ai bien peur que le système n’explose tellement tout cela me semble insensé.   

Dernièrement, un incident est venu illustrer de manière écœurante mes propos :  

J'ai oublié de faire la carte scolaire (gratuite) d’Arthur, le fils de ma femme. Arthur ne prend jamais le tram seul. Jeudi soir, il a pris le tram avec sa mère, chacun a validé son ticket. Arthur qui avait un ticket scolaire mais sans sa carte, a été verbalisé de 30 € pour défaut de carte scolaire. Le procès-verbal a été dressé à son nom (il a 9 ans!), sous le regard halluciné de sa mère. Et c’est Arthur, 9 ans, mort de trouille, qui a signé son P.V !!! Certes Arthur était en fraude... mais il avait (avec sa mère) oblitéré son ticket que nous avions acheté (3X10 voyages).  

De telles pratiques sont totalement inhumaines, car il n'est plus possible de se tromper, d’oublier en toute bonne foi. L'erreur n'est plus humaine et se paie cash. Tous les moyens sont bons pour remplir les caisses des seigneurs de guerre.  

Il n'y a plus la moindre démarche éducative ou préventive dans les consignes politiques des décideurs municipaux (et extra-municipaux puisque le tram, c’est la communauté de commune ; mais ne soyons pas dupe…). Monsieur Montillot qui est un expert en sécurité, et qui se targue de résultats en baisse de la délinquance discutables, a bien formaté tout son monde. C'est sécurité et sanction pour tous. C’est bel et bien tolérance 0 pour tous. C’est l’intolérance totale.  

L’intolérance, c’est la tendance à ne pas supporter, à condamner ce qui déplaît dans les opinions ou la conduite d'autrui.  

Au lieu d'ouvrir la porte à la citoyenneté en privilégiant quand il est nécessaire le dialogue, l’état municipal préfère la sanction immédiate et sans aucune mesure. Je suis outré par de telles pratiques et par cette politique si peu tolérantes.  Je ne digèrerai jamais qu’Arthur, 9 ans, ait signé un procès-verbal pour une faute qu’il n’a pas commis, devant sa mère. Mais je n’ai toujours pas digéré non plus le doigt d’horreur de Serge Grouard à notre encontre, le mardi 27 Mai 2003. Ca commence à faire un peu beaucoup !!!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jeremy 19/05/2009 20:59

Je viens malheureusement encore de constater le manque de tolérance de ces contrôleurs qui verbalisent à tout va ! Certainement un quotas à respecter ! Qu'on verbalise les infractions c'est à tout à fait normal mais avec un peu de tolérance. Un pauvre couple ticket à la main qui venait juste de rentrer dans le tramway bondé s'est vu verbaliser à l'arrêt d'après (200 m plus loin), ils n"ont même pas eu le temps de tamponner leur ticket que la machine était bloquée par le conducteur. Comment voulez vous après qu'il n'y ait pas d'agressivité envers les contrôleurs ! Des sanctions pour les fraudeurs ok mais pas trop de zele non plus de la part des agents !

-_-' 02/05/2009 14:32

Si le petit en question s'était appelé Rachid, nul doute que Groar aurait mouillé son froc et demandé l'annulation.Mais bon là c'est Arthur alors 2 poids 2 mesures.

jean-louis 13/07/2008 21:59

je suis un peu étonné du manque de connaissances des fonctionnaires, je ne sais pas les conditions qui ont amenés à ce relevé d'infraction, mais les textes, si chéres à la municipalité d'orléans apparemment précisent qu'un mineur de moins de 13 ans ne peut être verbalisé, mais punissable d'une simple admonestation (ordonnance du 2 février 1945).Avant de vouloir imposer des textes ne faut il pas les respecter soi même??

estrade 26/09/2006 12:20

Citer ses sources, c'est bien. Les tronquer, c'est moins bien. Copier la page "service prévention médiation" d'Orlean.fr et la coller à la suite de la page qui expique ce qu'est le CLSPD (loi d'orientation et programmation juillet 2002) c'est truquer l'information.

CDG 26/09/2006 15:26

Bonjour Mme Estrade,
C'est évidemment un honneur de savoir que MonOrleans est lu à la mairie.
Concernant le contenu de votre message, vous aurez noté qu'il s'agit d'un texte rédigé par le beau-père d'un enfant dont la verbalisation a été jugé "absurde" par le Maire d'Orléans (chat avec le Maire la semaine dernière). Sans doute l'auteur du texte était-il encore choqué lorsqu'il a accolé les présentations du CLSPD et du Service Prévention-Médiation.
Mais j'avoue que cette présentation pouvant porter à confusion, je corrige moi-même le texte, et j'en fais part à son auteur.
J'espère que cette correction vous agréera et que nous compterons longtemps sur votre lecture attentive.

Paul 25/09/2006 08:27

Je reviens juste sur les "arrêtés Grouard" que vous citez au début de votre billet. je ne vois vraiment pas en quoi ils contribueraient à alimenter la vision d'une ville "ultra-sécuritaire" !?

Articles Récents

Outils externes

 

Référencé par Blogtrafic

 

Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet weblogUpdates.ping www.monorleans.com http://www.monorleans.com/

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs