Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteur

 

Christophe Desportes-Guilloux (CDG)

43 ans
Orléanais d'adoption et militant socialiste

M'écrire

Il y a    personne(s) sur monorleans.com

Recherche

Mes videos

Archives

Orléansphère

9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 05:07

François Bayrou a "rebooté" il y a quelques mois, en vue de l'élection présidentielle. Du coup, sa mémoire vive s'est effacée ! www.monorleans.com se fait donc un plaisir de lui rappeler ses paroles et celles de ses proches :

Sur TF1, le 3 juin 2002, François Bayrou disait : "Voter UMP ou UDF, mais en tout cas pas voter socialiste. Mais l'urgence de l'urgence, la priorité des priorités, c'est que l'on ne reparte pas pour 5 ans dans les 5 années qu'on vient de vivre avec cette manière d'épuiser la France que la cohabitation impose. Je soutiens le gouvernement parce qu'il faut avoir des positions simples et claires. Ma position c'est de soutenir le gouvernement qui a été mis en place..."

Dans le journal Le Monde, le 6 octobre 2002, toujours François Bayrou : "Pour l'instant, l'UMP nous regarde et peut-être de haut. Mais le jour viendra où il faudra entre l'UMP et l'UDF des relations suivies, et une organisation de notre travail en commun sur la base d'un partenariat. Préparons-le d'ores et déjà."

Dans le Figaro du 20 septembre 2003, Hervé Morin déclarait : "L'UDF ne critique pas tout ce que fait le gouvernement ! Nous apprécions le travail de Sarkozy, de Fillon, de Dutreil, de Robien, de Mer, par exemple."

Sur France-Info, le 23 octobre 2003, François Bayrou s'exprimait, avec franchise : "L'UDF fait partie de la majorité parce qu'elle traduit les sentiments du plus grand nombre des français qui ont voté pour le Président de la République et pour la majorité nouvelle en 2002."

Certes, ce ne sont que des paroles, et l'on sait que les paroles ne coutent pas cher à l'UDF. Voyons donc les actes :

Le 25 mars 2007, le canton de Chambon-Feugerolles votait pour élire son nouveau conseiller général, en remplacement de l'élu UMP, démissionnaire. C'est Jean-François BARNIER, de l'UDF qui fut le candidat unique de la droite. Mais l'UDF nous dira sans doute qu'il n'y avait pas d'accord électoral...

Le 25 mars 2007, la commune de Genas connaissait de nouvelles élections municipales. Pas de liste UDF, la liste UMP gagne les élections, sans aucune entente entre les deux partis de droite, évidemment...

Le 18 mars 2007, le canton de Vittel élisait son nouveau conseiller général, après le décès du précédent. C'est le candidat UMP Jean-Jacques GAULTIER qui a été élu, dès le premier tour, sans que l'UDF ne présente de candidat. Là encore, il n'y a sans doute pas eu d'accord électoral...

Le 25 février 2007, liste unique de la droite UMP-UDF à Terville, ce qui rapporte 26 élus sur 29 aux compères, sans qu'ils se soient sans doute entendus...

Les 11 et 18 mars 2007, liste unique de la droite UMP-UDF à Romainville, mais cette fois-ci, ça ne leur a pas porté chance...

5 alliances entre l'UDF et l'UMP le mois dernier !

Bayrou entretient dans le coeur de beaucoup de français l'espoir qu'un jour, le centre existera.

Mais il sait, car c'est son choix permanent, et celui de son parti, qu'il n'est pas ce centre. Il a toujours gouverné avec la droite, il gouverne des communes et des départements avec la droite, car il est la droite.

Ne laissez pas Bayrou abuser les français !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Steph 11/04/2007 17:12

Comme beaucoup j’ai observé avec curiosité la montée du vote pour Bayrou dans l’éducation nationale. Je me suis demandé ce qu’il apportait de plus pour séduire tant d’enseignants les faisants passer de la LCR au "centre". Il semblait comprendre le désarroi des professeurs, et pouvoir répondre aux angoisses des parents-d’élèves et des élèves qui attendent tant de l’institution. Mais jusqu’à présent, il n’y avait pas de programmes. Uniquement quelques pistes qui n’étaient pas suffisantes pour répondre à mes questions. Des bruits circulaient disant que son programme était vide mais on pouvait penser que cela faisait parti des critiques habituelles pour discréditer les adversaires. D’autant plus qu’en science politique, on sait très bien que les partis qui ne sont pas destinés à gouverner mobilisent mieux l’intelligence collective. Qu'avait-il alors de plus à proposer ?

 
Et le programme est arrivé. Et quelle déception ! Je m’attendais à quelques propositions fortes et argumentées. Malgré mon orientation idéologique, je pensais que les idées déjà données seraient précisées. Même Nicolas Sarkozy, dans son projet UMP, détaille ses propositions sur l’autonomie des établissement et la suppression de la carte scolaire.
 
Que dit alors le programme action de François Bayrou. En premier lieu, François Bayrou nous rappelle qu’il est enseignant et qu’il fait parti des leurs. Qu'il est un égal et qui donc comprend mieux leurs problèmes. Ensuite, il veut un contrat entre l’école et la nation afin de définir les objectifs communs ; sans nous en donner la forme (concertation syndicale, états généraux..). Mais bon, il est vrai que, se poser, et réfléchir sur notre métier pourrait être une bonne chose. Mais ensuite, je trouve qu’il s’enfonce dans les poncifs. Je reprend les thèmes
-         Garantir que chaque enfant entre en 6ème en sachant lire et écrire sans préciser comment détecter et régler ces difficultés. (Exple aide aux devoir, suivi psychologique, tuteur…)
-         Rétablir la discipline dans les établissements. Avec qui ? quel moyen ? sous quelle forme ? Par des surveillants, des tuteurs, des répétiteurs, des officiers de police, par le sport, la culture, la moral…, on peut tout comprendre et son contraire.
-         Garantir l’égalité des chances : Il ne remet pas en cause la carte scolaire mais veut la rendre plus efficace en créant des classes d’excellence. Qu’est ce que ça veut dire ? Ayant travaillé en zone sensible, est-ce le retour aux classes par niveaux qui en plus de créer de l’inégalité entre les quartiers créent de l’inégalité au sein de l’établissement. Et idem, comment garantir un accès égal aux filières sélectives (Quota, concours d’entrée, déconcentration des écoles…etc)
-         Respecter les équipes enseignantes. Je cite « Faire confiance aux équipes enseignantes pour adapter leurs méthodes aux difficultés locales. » Je suis sûrement de mauvaise fois mais là j’ai failli exploser de rire. Cela fait depuis longtemps que les enseignants se dépatouillent comme ils peuvent, favorisés par l’inspection parfois, contrecarrés dans d’autres cas. Je ne pense pas que c’est uniquement cela qui va redorer l'image des profs et résoudre les difficultés.
-         Enseignement supérieur : Investir dans l’université en augmentant les moyens. Améliorer le système des bourses et conserver le caractère national des Diplômes : Bon très bien, mais il enfonce une porte ouverte. Que propose-t-il de plus dans le contenu des réformes. Augmenter le budget pour quels investissements, réformer les bourses pour quel autonomie des étudiants et des jeunes actifs ?...etc
-         Pour l’orientation, consacrer en fac un semestre à l’orientation. C'est-à-dire ? Fait-on un nouveau service public de l’orientation ? Comment l’université va-t-elle s’occuper de cette nouvelle mission d’insertion et de formation professionnelle. Quelle forme cela prendra. Ce sera une intervention en amhpi., des stages…etc
 
Au final, en espérant ne pas être trop de mauvaise fois, mais je trouve que François Bayrou n'est pas original. Les idées présentées tombent dans les poncifs et les déclarations de bonnes intentions dont on s’est bercé jusqu’à nos jours sans déboucher sur une vision crédible de l’enseignement. Certes, ce n’est pas en révolutionnant tout que l’on réglera les problèmes de l’éducation nationale, mais j’attendais mieux même en dehors de nos déterminants idéologiques. En somme, je suis personnellement déçu de ce programme. Qu’en pensez vous ?


@+

Stéphane

Horza 09/04/2007 17:26

La preuve par l'exemple comme diraient certains...

net en feu 09/04/2007 11:29

Cher CDG,Qui se ressemble s'assemble.FB nous biaise quand il joue au ni gauche ni droite.Les sondeurs ont peut-être réduit le débat trop vite.

Articles Récents

Outils externes

 

Référencé par Blogtrafic

 

Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet weblogUpdates.ping www.monorleans.com http://www.monorleans.com/

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs